Lire en short

Milieu du mois de juillet, et première édition de la fête du livre jeunesse, Lire en Short.

Du 17 au 31 juillet, dans les librairies, les bibliothèques, les médiathèques, sur les plages, dans les centres de loisirs, et autres lieux dédiés à la jeunesse, nous allons célébrer la littérature pour les plus jeunes. Et moi, ça me met quand même en joie ! Il y a peu, Livres Hebdo proposait un dossier très intéressant qui se posait la question d’un 10ème art officiel : la littérature jeunesse. Je trouve cette idée très novatrice, et vraiment chouette ! Tout comme la bande-dessinée, la littérature (ici on parle plutôt des albums au final) jeunesse est un beau médium qui mêle intelligemment et avec beaucoup de poésie le texte et l’image.

Dans le cadre de cette fête, plein d’animations fleurissent en France, tels que des ateliers de création de livres, des conteurs, des lectures, des rencontres etc… Selon une étude Ipsos récente, la plupart des gros lecteurs se souviennent avoir été en contact avec les livres tôt dans leur enfance, notamment au sein de la famille. Je pense que le contact avec la lecture et l’objet livre se découvre tôt, et est nécessaire. C’est la lecture qui permet une des belles entrées sur le monde, en développant l’imagination, mais également en donnant accès à des savoirs qui sont parfois sous représentés à la TV, et mal exploités sur internet (un bien bel outil, mais malheureusement trop mal utilisé si vous voulez mon avis).

Les enfants ont plein de choses à dire sur le monde qui les entoure. Je le sais, j’ai été longtemps animatrice en centre de loisirs, avant de devenir médiatrice dans le milieu de l’art contemporain. Ils se posent des questions, ont leur propre avis, sont avides de découvertes, et le livre, tout comme l’art en général, est une source qui peut apporter des réponses, par le documentaire certes, mais également par la fiction.

J’avais préparé un article avec plein de politique, de tolérance, de Jean a deux mamans, de Louis CK, mais je me suis dit que non, c’est l’été, je vais plutôt vous présenter 3 albums que j’adore ! Ce sont des albums jeunesse que je n’ai pas forcément découvert enfant, mais qui m’émerveillent à chaque fois que je les ouvre !

1. L’ombre de chacun, de Mélanie Rutten, Editions MeMo, 2013

ombre

Ce livre est un bijou visuel ! Plein de poésie et d’amour, il nous montre la difficulté de grandir, même lorsqu’on est déjà adulte. Comment faire confiance à l’autre, se livrer, s’affirmer… Les couleurs sont douces, les traits fins, l’histoire m’a fait pleurer toutes les larmes de mon corps. Un livre qui touche au cœur, comme les autres œuvres de Mélanie Rutten. J’ai également beaucoup aimé La Source des jours, Oko et Nour de la même auteur. Elle parle de choses graves avec beaucoup de profondeur et de légèreté, un beau livre pour aborder des questions parfois délicates comme l’éloignement, le fait de grandir, la parentalité, l’amitié, les peurs…

89_OMBRE4

2. Max et les Maximonstres, de Maurice Sendak, L’Ecole des Loisirs, 1967 (Where the Wild Things are, 1963 chez Harper & Row pour l’édition originale)

61N0SM15QNL

Est-il encore nécessaire de présenter cet ouvrage culte ?! Devenu un objet mythique de la culture pop, Max et les Maximonstres est le chef-d’oeuvre ultime de la littérature jeunesse. Maurice Sendak, avec son dessin raffiné et enlevé, nous narre l’histoire de Max, petit garçon qui fait plein de bêtises dans son costume de loup, et qui après avoir été puni, s’embarque (dans son imagination) pour le pays des Maximonstres, dont il va devenir le souverain. Un beau conte sur la colère, les limites, la chose sauvage (the wild thing) qui sommeille en chacun de nous. Peu de texte, des illustrations pleine page, pour une histoire toute en subtilité. L’adaptation cinématographique de Spike Jonze est une petite merveille de cinéma également, avec la musique magique créée par Karen O des Yeah Yeah Yeahs.

max_et_les_maximonstres

3. Pétronille et ses 120 petits, Claude Ponti, L’Ecole des Loisirs, 1990

9782211086752FS

Pétronille et ses 120 petits, c’est un peu ma madeleine de Proust (en revanche une madeleine qui ne se brise pas à force de pleurer, comprendrons les fans !). C’est ma maman qui nous l’avait offert à ma sœur et moi quand on était petites. Comme à chaque fois, Ponti nous transporte dans un univers complètement fou, ponctué de néologismes et de mots valises, ainsi que d’images fortes et poétiques (la fleur de prénoms qui se forme autour de Pétronille quand elle pense à ses enfants). Aventure, amour, famille, humour, un mélange explosif pour cette histoire charmante et rigolote, où l’on s’amuse aussi bien avec l’image qu’avec le texte !

6kili6_3

Au final, il n’y a pas d’âge pour les livres. Pourquoi n’appellerions-nous pas la littérature jeunesse « littérature pour tous » ?! En effet, de 0 à 100 ans, au final ces livres peuvent parler à toutes les générations, tout simplement car ils peuvent se lire seul, ou à plusieurs ! A 27 ans, j’aime encore m’offrir de jolis albums, car pour moi ce sont avant tout de petites œuvres d’art !

Et vous quels sont vos livres illustrés préférés ?

C’est l’été, je veux siroter des cocktails trop sucrés et en écoutant Zooey Deschanel !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s