À table !

Salut tout le monde ! Pffff presque un mois d’absence, ça faisait longtemps que je ne m’étais pas éclipsée aussi soudainement sans faire signe. Au final, je préfère encore suivre mon propre rythme, et ne pas m’imposer des publications tous les -tant-, histoire de ne pas perdre l’envie !

Du coup cette fois-ci, je voudrai vous parler gastronomie et littérature. Vous l’aurez remarqué, j’aime bien manger (ce n’est pas pour rien que je chronique des livres de cuisine avec le même sérieux qu’un roman !). Et je trouve que lecture et nourriture ne riment pas pour rien ! Je vais donc vous présenter 3 livres qui ont trait à la cuisine, mais sans être des ouvrages pratiques, et que j’ai particulièrement aimé !

 

delices-ma-vie-en-cuisineTout d’abord, mon préféré : Délices, ma vie en cuisine de Lucy Knisley (Delcourt, 2014 pour la version française, 2013 pour la version originale). Je suis tombée sur cette petite bd un peu par hasard. Lucy Knisley raconte son parcours gastronomique, au travers de souvenirs liés à la nourriture, à des repas, des ingrédients particuliers. On découvre l’histoire de ses parents, un papa fin gourmet et une maman ayant travaillé chez un fromager new-yorkais, puis un traiteur, avant de se mettre à son compte. Chaque grande étape de sa vie est ponctuée par un plat, et parfois, elle nous livre la recette ! Pour en avoir testé certaines, je peux dire qu’elles sont délicieuses et que Lucy Knisley transmet très bien ce rapport très intime à la cuisine. C’est d’ailleurs l’élément central de cette bande-dessinée : la cuisine comme un moyen de se retrouver, de partager, de transmettre. Le plat préparé aux copains étudiants en pleine période d’examens, les huevos rancheros du voyage au Mexique pendant lequel elle « devient une femme » (selon le dicton populaire), la sauce ou les biscuits préparés en 2 minutes lors de fringales nocturnes, le goût inoubliable et jamais retrouvé d’un croissant vénitien… C’est généreux, joyeux, très émouvant ! Qui a dit que les américains n’y connaissaient rien ?!

relishlkhuevosrancherosrecipeexerptdélices 2

 

Vient ensuite La Passion de Dodin-Bouffant, de Mathieu Burniat (Dargaud, 2014).

passion-dodin-bouffant-tome-1-passion-dodin-bouffant

Nous sommes ici dans un univers culinaire diamétralement opposé à celui de Lucy Knisley. Mais tout aussi généreux et passionnant ! Cette bd au dessin sublime, inspiré par les caricatures de Daumier, est une adaptation du classique de Marcel Rouff, fondateur de l’Académie des gastronomes (!), écrit en 1924 et publié sous le nom Vie et passion de Dodin-Bouffant, gourmet. Le personnage principal, sorte de jumeau caché de Brillat-Savarin, est un notable de province qui peut s’enorgueillir d’avoir à son service la plus talentueuse des cuisinières. Mais lorsque Eugénie décède brutalement, qui va la remplacer ? Ici nous sommes immergés dans une cuisine française de haut vol, où les produits sont issus d’un terroir riche et merveilleux. On découvre des préparations qui ont été parfois oubliés, et une cuisine très…roborative ! Le tout est drôle, charmant, avec beaucoup d’esprit, car tous ces gourmets ont aussi un autre trait commun au-delà leur amour de la table : c’est celui de la langue.

J’avais pu voir l’auteur dans un des épisodes de « Très très bon », avec mon héros François-Régis Gaudry (fan jusqu’au bout de la fourchette !), et il est génial de constater que celui-ci est aussi gourmet que ses héros !

la_passion_de_dodin_bouffant_image1 PlancheS_44716

Et pour finir, un joli roman que je viens de terminer : Le restaurant de l’amour retrouvé, d’Ogawa Ito (Editions Philippe Picquier, 2013 pour la version française, 2008 pour la version originale).

Le_restaurant_de_l_amour_retrouve

Cela faisait quelques temps que je voulais lire ce livre, et lorsqu’une collègue m’a proposé de me prêter son exemplaire, j’ai sauté sur l’occasion. Rinco est une jeune femme de 25 ans, dont la voix « devient transparente » le jour même d’une douloureuse rupture amoureuse. Elle retourne alors dans son village natal, chez sa mère, avec qui elle ne s’entend pas trop, avec pour seul bagage une jarre de saumure que lui a transmise sa grand-mère. Elle décide d’ouvrir un restaurant, sans carte, sans menu, mais très particulier. En effet, Rinco a un pouvoir magique : elle cuisine avec toute son âme et son cœur, et ceux qui goûtent à ses plats sont alors plus heureux.

Ce roman est très beau, très doux. Quand on lit les descriptions culinaires, on peut sentir le goût des ingrédients dans sa bouche. J’ai vécu une expérience curieuse en lisant ce livre : j’ai découvert des saveurs que je ne connaissais pas, et j’ai vraiment eu l’impression que mes papilles se réveillaient. C’est un joli texte sur l’espoir, l’empathie, la joie d’être vivant, et bien entendu, la joie de cuisiner pour les autres ! Car pour moi la cuisine c’est ça avant tout : un moment de plaisir à partager !

 

Et vous, avez-vous des livres parlant de cuisine qui vous ont particulièrement marqués ?! N’hésitez pas à partager vos lectures dans les commentaires !

 

Et la petite chanson pour la journée !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s