Rentrée littéraire #2

Hello hello ! Je vous embarque de nouveau dans un article spécial rentrée littéraire, avec deux autres lectures qui m’ont marquée ce mois de septembre. Dans le premier article consacré au sujet je vous faisais découvrir deux livres français, aujourd’hui c’est un américain et un franco-iranien ! Des univers très différents, mais deux sortes de contes !

 

couv rivire

Amour monstre de Katherine Dunn n’en est pas à sa première publication. Ce roman de la fin des années 80 est un texte culte dans la subculture américaine (Flea, le bassiste des des Red Hot Chili Peppers, a déclaré l’adorer), et il avait eu droit à une première traduction française sous le titre Un amour de monstre (qui selon moi reflète beaucoup moins le contenu). Gallmeister le ressort cette rentrée pour notre plus grand bonheur. Le topo de départ est plutôt original : le couple Binewski, forains passionnés, décide de créer une petite dynastie de monstres grâce à des expériences en tout genre. De leurs amours radioactifs naîtront Elly et Iphy les sublimes sœurs siamoises pianistes émérites, Arturo l’homme tronc-salamandre qui créera un véritable culte autour de sa personne, en véritable despote de la troupe, Chick le petit garçon fragile au physique de « normo » mais aux facultés mentales étonnantes, et enfin Olympia, bien banale dans ce lot puisque « seulement » naine, albinos et bossue, mais fidèle femme de main de tout ce petit monde. C’est elle qui va raconter leur histoire, pour une fable où la difformité est vécue comme une supériorité, un pouvoir, et où l’amour est dérangeant et dérangé. C’est drôle, étonnant, « malaisant » (ouais je pose des mots issus de l’ancien français comme ça) mais aussi très émouvant !

Amour monstre

Katherine Dune

Editions Gallmeister

Sorti le 18 août 2016

 

Pour accompagner cette lecture, un morceau de Tom Waits s’impose, qui en plus s’inspire de Johnny Eck, célèbre freak et acteur américain né sans jambes.

 

Wet Eye Glasses

Une très belle surprise pour cette rentrée littéraire que ce premier roman paru chez Liana Levi : Désorientale de Négar Djavadi. L’auteur, franco-iranienne, nous offre une belle histoire qui navigue entre récit personnel, roman d’initiation, conte des milles et une nuits et chronique historique et politique de ce pays fascinant qu’est l’Iran. Kimiâ attend dans une clinique française une insémination artificielle. Elle se perd alors dans ses pensées et nous fait découvrir l’histoire de sa famille, de son enfance, de sa vie. De Téhéran à Paris, de la petite fille garçonne à la jeune femme punk, de la saga des ancêtres qui revêt un costume flamboyant d’un autre temps à la révolution de 1979, c’est tout un monde que l’on redécouvre. Pétillant, profond, ce roman pose de belles questions sur le rapport à l’identité, qu’elle soit culturelle, familiale, de genre, sexuelle. Une pépite !

Désorientale

Négar Djavadi

Editions Liana Lévi

Sorti le 25 août 2016

La bande-son :

 

A très vite pour le dernier volet de cette rentrée littéraire sur le blog !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s